Stop-a-la-colere
Mode de vie

STOP à la colère !

Que vous ressentiez de la colère à cause d’une personne ou à cause d’une situation, toutes les deux ont comme point commun, de créer chez vous une contrainte exaspérante. Cette contrainte est trop forte pour que vous puissiez faire comme si de rien n’était. La colère éclate !

C’est devenu tellement désagréable de vous sentir obligé par votre environnement extérieur (dans ce que disent ou font les gens) que vous n’avez pas d’autre échappatoire que celui de la colère. Soit extravertie, soit introvertie, à chacune son style. C’est pourquoi j’insiste sur l’aspect ressenti, car on ne peut pas l’exprimer vers l’extérieur on en subi tout autant les désagréments.

Rage et seuil critique

La colère est chez l’homme ce qu’est la soupape de sécurité à l’autocuiseur. Elle permet la sortie de la vapeur quand la pression atteint un certain seuil critique. C’est pourquoi, même si cette dernière est extrêmement désagréable, humiliante et parfois culpabilisante, il n’en demeure pas moins qu’elle a son utilité. Disons plutôt, qu’elle nous renseigne. Cependant, il est tout de même préférable de s’en passer car elle laisse derrière elle des traces pas toujours faciles à assumer.

C’est très frustrant de se voir impuissant, incapable d’obtenir ce que l’on veut. Dans ces moments-là c’est un sentiment de grande solitude qui nous accapare. Notre égo n’a plus les moyens d’avancer, il se sent stopper dans son élan, empêché par autrui. Il dégaine alors une de ses armes : la colère croyant obtenir par la force l’objet de ses désirs.

Mais ça ne marche pas comme ça. Vous l’aurez compris, la colère est une réaction à un besoin non satisfait, venant de l’égo. Je vous le rappel, l’égo fait parti de notre système interne, cependant, ce n’est pas à lui qu’il appartient de décider de notre vie. Pourtant, sans même en avoir conscience, la plupart de nous vivons totalement abandonnés à ce système sans jamais tiquer.

Transcender la colère

Reprendre son pouvoir

Pour transcender la colère, nous n’avons pas d’autre choix que de destituer l’égo de son piedestal. Ça c’est la première étape. Je parle de reprendre son pouvoir, bien sûr.

Ensuite, bien comprendre que garder en soi de la colère, c’est la nourrir, qu’on le veuille ou non. Donc objectif numéro deux : la reconnaitre et la laisser partir. Elle a fait son job en nous pointant du doigt le besoin concerné.

La troisième étape concerne notre stabilisation émotionnelle. En d’autres termes, s’apaiser en comprenant que si quelque chose ne nous convient pas à l’extérieur, c’est en nous que nous allons trouver les moyens de le corriger en nous.

Souvenez-vous, tout ce qui m’entoure est mon miroir. C’est ce qui explique que quand on commence à travailler sur soi, notre vie subit des changements. Parfois soudains, parfois lent. Mais ils interviennent toujours ? car ils sont le résultats concret et visible de notre cheminement individuel. C’est pourquoi de plus en plus de personne misent sur elles pour changer leur vie.

Stop à la colère pourrait être un super slogan, mais seuls celles et ceux qui font le choix de changer d’existence s’y collent. Ce n’est donc pas réservé à une élite. Génial ! Tout le monde a le pouvoir de se débarrasser de sa colère en redevenant souverain de son être.

Une incapacité d’exprimer vos besoins représente un axe d’amélioration à traiter si vous voulez réellement ne plus succomber à la colère de votre égo. Grâce à cette remise en question, vous ne vous en porterez que mieux. Et le monde autour de vous le reflètera xxxx.

Merci d’avoir lu cet article. Avez-vous envie de partager votre expérience avec la colère ? C’est par ici dans les commentaires 😉⏬⏬

Si vous avez aimé , vous êtes libre de partager :)

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire