Prendre-du-bon-temps
Mode de vie

Prendre du bon temps

Dit comme ça, cela n’a rien de dérangeant au contraire, cela semble une bonne idée. Tout le monde apprécie de prendre du bon temps. Pourtant, à y regarder de plus près, il nous ait parfois difficile de l’assumer.

On ne s’éloigne jamais trop du rivage. Prendre du bon temps, oui, mais à certaines conditions. Ces conditions nous aliènent au système dans lequel nous évoluons, celui-là même dans lequel nous avons été pétri. Dans ces conditions, il est difficile de prendre du recul pour s’en dépêtrer.

Se désenchainer

Se désenchainer du système c’est un peu, en tous cas pour notre mental, mordre la main de celui qui nous nourrit. Sauf que, jusqu’à quel point est-on sûr que cette main nous nourrit bien ? Une fois de plus voici une question qui nous demande de prendre de la hauteur pour nous observer et cas échéant sortir de notre zone de confort. Aller, un peu de courage, je vous promets c’est indolore 😊

Force est de constater que nous sommes façonnés afin de correspondre à un type « d’homme x » qui doit répondre à toutes les attentes de cette société. Sinon quel intérêt de façonner les humains. Tout est conçu pour nous empêcher de prendre le large, même quand on le croit, nous restons toujours amarrés au ponton.

L’ignorance

Sommes-nous stupides ? Je n’en suis pas si sûr que cela. Je crois plutôt que nous sommes pour la plupart ignorants. La bonne nouvelle, c’est que l’ignorance se soigne grâce à l’information qui à son tour se transforme en connaissance. Alors que la stupidité ne se soigne pas. Vous cherchez la différence entre les deux ? C’est simple l’information reste à l’état mental, alors que la connaissance c’est cette information que l’on est capable de reproduire. Cool !

Donc, prendre du bon temps a une signification ambigüe puisqu’on nous a appris que c’était une bonne chose mais à petite dose. Pourquoi à petite dose ? Car prendre trop de bon temps c’est commencer à rêver et rêver nous donne envie d’être libre. Libre c’est être conscient.  Libre de cette servitude non avouée.

Nous avons des comptes à rendre dans ce système sociétal. Par exemple, on nous somme d’aller à l’école, puis de travailler pour enfin consommer les produits que l’on nous impose. Pas simple dans ces conditions de prendre du bon temps sans culpabiliser, n’est-ce pas ? Je fais la distinction avec le fait de se perdre dans la distraction qui justement nous éloigne de cette prise de conscience.

Prendre du bon temps

Et pourtant, je reste persuadée qu’il est carrément de notre devoir de prendre du bon temps pour notre apprentissage et notre évolution. Nous avons besoin de nous affranchir de ce carcan pour retrouver notre véritable nature, celle qui nous invite à la légèreté. Pour recouvrer la vue que nous avons perdu il y a fort longtemps et qui nous fait défaut aujourd’hui. Voir la vie non plus comme une succession d’obligations et de contraintes mais comme une opportunité de réaliser nos rêves comme bon nous semble de façon responsable.

Nous n’avons pas à avoir honte de prendre du bon temps. Nous avons à retrouver l’enfant que nous avons toujours été. Celui qui accueille la vie dans les rires et la joie. Nous sommes de grands enfants qui se sont fait bêtement prendre au piège de l’égo, qui en a bien profité. Mais dorénavant, nous pouvons choisir de créer la vie que nous voulons sans demander la permission à personne. Inversons la machine, redevenons souverain !

Si vous avez aimé , vous êtes libre de partager :)

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire