Fabriquer-de-lantirouille-un-choix-vital
Maman solo leader

Fabriquer de l’antirouille, un choix vital

Mal aux articulations devient courant à partir de la cinquantaine et s’accompagne de conséquences limitantes très variées comme se baisser, se relever avec tout autant de douleurs physiques. Le simple fait de se tourner dans le lit peut représenter un vrai défi. Alors, fabriquer de l’antirouille, est un choix vital.

Si vous avez dépassé les 50 ans vous comprenez probablement de quoi je parle. Si vous ne les avez pas atteint, lisez attentivement car vous êtes vous aussi concernées.

Opter pour une stratégie

Quand aller chercher du bois, fait souffrir, ramasser de simples balles ou encore se relever après un pique nique représente un frein à sa mobilité car la douleur est trop gênante, il est temps de réfléchir sérieusement à une stratégie pour changer cela.

Nous avons joui d’un corps plus ou moins souple et en forme durant toute notre vie. Génial ! Nous avons pratiqué du sport, parfois beaucoup de sport.  Certaines ont testées le ski, le surf, le basket et bien d’autres. Que c’était bien ! Par contre, nous n’avons jamais imaginé ce que nous ressentirions physiquement à un certain moment donné de notre vie. Le début de l’oxydation de nos cellules. C’est là que tout commence.

Passé la cinquantaine, c’est le choc. Il semble que notre corps n’ait plus les ressources suffisantes pour y parvenir tout seul. Le manque d’exercice et les excès en tous genres ne nous épargne plus et au contraire nous rappellent à l’ordre.

Ça coince de façon récurrente. Si nous ne faisons rien, notre mobilité va rapidement se retrouver entravée. Il est grand temps d’agir car comme un vieux portail qui grince gagné par la rouille, notre temps est compté.

Un phénomène d’usure naturelle

Mises devant le fait accompli, nous n’avons pas d’autres choix que de constater les « dégâts ». Si l’on peut les appeler ainsi, car en fait, il s’agit plutôt d’un phénomène d’usure naturelle. Cependant, ce mécanisme crée des dommages au niveau physique, ce qui impact directement notre qualité de vie. Jouer avec ses enfants de façon totalement inconsciente n’est plus envisageable, car ça peut faire mal. Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

Le vieillissement du corps est inévitable. Nous le savons, mais nous pouvons le vivre sereinement, plutôt que de le subir. Pour cela, il nous appartient de mettre en place des activités physiques adaptées pour l’aider à fonctionner avec plus de fluidité.

L’antirouille n’existe pas que pour les métaux, il existe aussi pour nous. Inspirons-nous de lui pour créer à notre tour un cocktail antioxydant qui nous permettra à nouveau de jouer, courir, sauter …créer une nouvelle vie, comme bon nous semble. On ne va quand même pas se scléroser, à cause de pseudos excuses !

Fabriquer de l’antirouille, un choix vital

Il y a urgence, il nous faut prendre des mesures à la hauteur de nos ambitions. Notre alimentation joue un rôle central, bien entendu, mais pas seulement. A ce stade, il faut ratisser large. Le sport, oui, mais la souplesse encore plus. Désormais, il faut anticiper et préparer la suite de l’histoire. Les 60, 70, 80 ans et plus. Pas question de se retrouver vissé à un fauteuil !

Nous ne sommes plus à viser l’esthétisme, puisque le temps nous a déjà rattrapé. Notre objectif, c’est bouger aisément sans gindre ou craquer. Et je ne parle pas de l’incidence sur notre état d’esprit. Notre optimisme ou notre pessimisme aide ou complique notre état général. L’antirouille contribue à anéantir le stress.

L’antirouille se trouve dans notre tête, dans notre corps et dans notre cœur. C’est l’heure de virer tout ce dont on a plus besoin, pour faire de la place à cette nouvelle dynamique. Créer les conditions idéales autant que faire se peut, pour unir ces 3 aspects de nous. Cela va nous demander implication, temps et foi.

C’est ainsi que nous parviendrons à vivre pleinement une vie de joie bien méritée.

La joie de vivre est une perspective que toi seul dessine.

Sonia Lahsaini

Exercice plusieurs fois par semaine oblige, vigilance pendant les courses alimentaires, notre agenda va en prendre un coup. C’est pour la bonne cause, alors on ne discute pas, on ne négocie pas non plus. De toutes façons, le rappel est quotidien, on ne peut plus faire semblant.

Au passage j’invite toutes les femmes qui n’ont pas encore 50 ans à commencer à se préparer, cela rendra probablement, la bascule plus souple et indolore.

Souvenons-nous que nous n’avons rien à perdre, tout à gagner. BOUM !

Si cet article vous a plu, n’hésitez plus et mettez un commentaire 😊 et voyons où vous en êtes avec votre corps 😉

Si vous avez aimé , vous êtes libre de partager :)

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire