Charges-mentales-quand-les-mamans-solos-gèrent-tout
Mode de vie

Charges mentales : quand les mamans solos gèrent tout

Faire les courses, préparer des repas « équilibrés », aider aux devoirs, accompagner aux activités extra-scolaires, prendre rendez-vous chez le médecin, ne pas oublier de lancer une machine, faire le repassage, le ménage, sortir les poubelles, éduquer ses enfants, sans oublier de travailler et de faire face aux impondérables…OUF !

Lourdes responsabilités pour les mères célibataires

Le quotidien des mamans solos est rempli d’une multitude de tâches qui induit une attention de tous les instants et surtout une responsabilité permanente.

Ce que nous appelons charge mentale, concerne justement l’ensemble des processus cognitifs. C’est à dire mentaux donc invisibles tel que la prise de décision, la mémoire, la résolution de problème que nous rencontrons dans la sphère de la micro-famille et qui incombe à la mère célibataire que nous sommes.

Apparition de la charge mentale domestique

C’est autour des année 1980 que la sociologue Française Monique Haicault, met en évidence par de nombreuses études cette fameuse charge mentale. À l’époque cette charge mentale est qualifiée de domestique puisqu’elle concerne déjà les femmes, les tâches globales d’organisation et de gestion de la maison et de la famille. Une autre sociologue Française Daniele Kergoat dans les années 1990 va plus loin en mettant en avant la particularité de la charge mentale identifiée comme quelque chose que l’on garde en permanence dans un coin de la tête. C’est l’accumulation des rôles, obligations, préoccupations, actions… qui créent la charge mentale.

Les préoccupations sont nombreuses et touches tous les domaines de la vie courante. Cependant la maman solo est particulièrement touchée de fait par son statut. En effet, la solitude face à la gestion de toutes ces imputabilités est une source de grand stress, et pour cause !

Maman solo toute seule

L’effet « responsabilité » que ressent la maman solo ne fait qu’amplifier le phénomène de charge mentale. Comment arriver à mettre « pause » quand l’urgence du quotidien vous appelle. Quand vous êtes seule pour penser à tout, et à tout assumer sur le plan intellectuel et pratique.

Dans ces circonstances, il faut savoir tout faire. Comme tondre le jardin puis faire un gâteau. Penser à couper les ongles, sans oublier de signer le carnet de notes.

Dans son roman Les femmes sont occupées Samira El Ayachi s’interroge sur les liens invisibles entre batailles intimes et batailles collectives.

On se retrouve 40 ans après les premières études, avec une augmentation constante du nombre des mères célibataires. Il suffit de jeter un coup d’œil à nos publicités. Ça y est nous avons été identifiées comme la nouvelle cible commerciale. Pas de quoi se gausser. Disons juste que la publicité est l’un des indicateurs de l’évolution de notre société.

Mères célibataires dans la pub.
Mères célibataires dans la pub.

Agir pour ne plus subir la charge mentale

Alors, agissons pour ne plus subir cette « charge mentale » qui nous guette si nous ne restons pas conscientes. Maman solo, oui, mais maman solo dégagée dans sa tête. Devenons toutes observatrices afin que dans l’avenir les mamans solos changent leur réalité.

Incroyable mais vrai me direz-vous ? En attendant, il faut bien se dépatouiller, toute seule. Pas de panique. Quand il y a un problème, il y a toujours une solution. D’autre part, vous avez bien plus de ressources que vous ne pouvez l’imaginer. C’est pourquoi je vous propose d’envisager et d’appliquer la marche à suivre suivante pour vous libérer.

1 Soyons clair, vous n’arriverez à rien si vous ne vous déconditionnez pas. Alors, changez votre état d’esprit.

Vous pourriez être tenté de croire que c’est difficile à réaliser. Sauf que non ! Pas du tout. C’est vous qui décidez de ce genre de chose. Comment souhaitez-vous voir la vie ? Basculer votre humeur en mode positif.

2 Soyez honnête avec vous-même. Quelles sont vos attentes dans la vie ? Quelles sont vos besoins ? Et ne me parlez surtout pas de clichés. Allez vous connecter à ce qui se trouve au fond de vos entrailles.

3 Identifiez vos priorités. Car elles seront très certainement différentes de celles de votre voisines, normal. Relativiser.

4 Apporter volontairement à votre quotidien une vision bienveillante.

5 Ayez confiance en la providence. Si vous êtes croyante c’est le moment d’utiliser votre foi en dieu à des fins utiles. Si vous n’êtes pas croyante, écoutez votre cœur.

Vous vous êtes emportée en vous laissant happée par un modèle de vie anxiogène et énergivore.   

L’idéal serait de ne pas attendre de bouillir comme une cocotte-minute, mais bien d’identifier la charge mentale au début de sa formation. Il est nécessaire de l’intercepter avant qu’elle n’explose. Cela demande de faire une petite pause. Oui, ce n’est pas simple, quand trouver le temps pour cette pause ? Il faut quand même la faire. Il en va de votre santé.

Maman solo modifie ses habitudes






Allongez-vous soufflez lentement et profondément. Ce dont vous avez besoin à ce stade c’est de vous laisser porter. Finalement d’accepter de modifier vos habitudes.

Si vous êtes de celles qui se sont fixé des objectifs, sachez que vos habitudes sont plus importantes. Si vous vivez, comme une majorité de gens sans vous être fixé de but, fixez-vous un petit challenge à atteindre. Quoiqu’il en soit, mettez donc le focus sur comment changer vos habitudes afin d’alléger votre charge mentale. Cultiver votre optimisme. Dans ces circonstances, il représente votre allié.

Ce sentiment de solitude chez les mères célibataires est parfois si grand que l’on en devient amnésique. On oublie qu’à chaque jour suffit sa peine. Ne vivez pas par procuration dans le futur, sans quoi vous passerez à côté de votre présent et donc de votre vie.

Si vous avez aimé , vous êtes libre de partager :)
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire