6-comportements-qui-eloignent-maman-solo-du-bonheur-imanquablement
Mode de vie Non classé

6 comportements qui éloignent maman solo du bonheur immanquablement

Nous pouvons développer des comportements qui nous éloignent du bonheur. De la même manière, rien ne nous empêche d’adopter des attitudes pour vivre au contraire, dans le bonheur. Dans le premier cas, nous influençons de façon négative notre vie. Alors que dans le deuxième cas, nous l’impactons positivement.

Votre micro-famille, Votre environnement familiale, professionnel et relationnel s’en trouve automatiquement affecté d’une manière ou d’une autre. Pour rompre avec ces habitudes nuisibles, c’est le moment de changer cela en invitant un vent de bonheur dans votre existence.

Ces comportements qui éloignent du bonheur représentent une conduite néfaste qui est souvent motivée par une insatisfaction généralisée, qui appauvrit d’ailleurs terriblement notre qualité de vie, d’échange et surtout qui compromet nos possibilités de grandir. Voici 6 comportements à identifier et qui nous écarte à coup sûr de notre bonheur.

6 comportements qui éloignent maman solo du bonheur immanquablement

1. Se plaindre du présent

Vous avez tendance à vous plaindre du présent. Vous êtes insatisfaite et il vous arrive même de vous apitoyer sur votre sort. Vous êtes celle qui remarque ce qui ne va pas et vous n’appréciez pas beaucoup que tout ne soit pas comme vous aimeriez que ce soit. C’est-à-dire nickel.

Cette insatisfaction qui vous éloigne du bonheur, est liée étroitement à un manque d’estime de soi. Elle vient compenser de façon inconsciente un « manquement ».

Exemple : j’essaie d’arranger/contrôler une situation extérieure comme mon apparence ou bien la décoration de mon logement de façon pointilleuse ou excessive. Je veux créer et maintenir l’ordre, j’y accorde beaucoup d’importance. En agissant ainsi, j’évite de m’occuper de mon intériorité. Justement là où se trouve les aspects de moi-même qui nécessitent d’être améliorer.

Ce « maintien de l’ordre » est un leurre de mon mental pour me distraire de mon essentiel. Cette situation va durer aussi longtemps que je refuserai de me poser des questions existentielles et d’y répondre.

Tu n’existes pas pour impressionner le monde. Tu existes pour vivre ta vie d’une façon qui fera ton bonheur.

Richard Bach

2. Ressasser le passer

Vous replonger dans le passé pourrait sembler anecdotique, sauf que là, il vous permet de fuir le présent. Car le présent a tendance à vous ennuyer puisqu’il ne vous donne pas ce que vous voulez. Mais savez-vous au moins ce que vous voulez ? Bonne question.

Vous voulez sans doute le bonheur. Mais vous refusez d’agir dans le présent pour obtenir ce bonheur auquel vous rêvez secrètement. Savez-vous, inconsciemment » que vous ne l’obtiendrez pas en ressassant votre passé.

La nostalgie, s’il vous arrive de la ressentir, ne vous aidera pas dans votre quête du bonheur. Pour la bonne et simple raison qu’elle vous maintien dans un temps révolu créateur de pensées teintées de tristesse. Rien à voir avec le bonheur et la joie d’expérimenter la vie.

3. Imaginer un futur idyllique

Du coup vous basculez du passé au futur sans passer par la case présent. Fuyant votre responsabilité du présent, vous continuez de nourrir votre mental et surtout de passer à côté de votre vie. Celle que vous rêveriez de vivre.

À la place c’est un futur « idyllique » qui prend forme dans votre esprit. Imaginant des scénarios, qui s’ils ne se réalisent pas, finiront par saper votre moral une fois de plus.

Le bonheur n’est pas non plus dans votre futur. Il ne le peut pas car le bonheur ne se conjugue qu’à un seul temps : le présent. Le reste n’est que pure spéculation.

4. Rendre les autres responsables de votre mal-être

Avez-vous remarqué cette incroyable propension que les gens ont à désigner un coupable pour tout ? C’est une déformation de notre mental. C’est toujours l’autre qui porte la responsabilité, jamais nous. Et pourtant. Chacun à toujours sa part.

Quand nous rendons les autres responsables, nous refusons d’assumer cette merveilleuse valeur : l’intégrité. Elle nous rend fier de nous et contribue à nourrir notre estime de soi.

5. Juger facilement

Quand vous vous permettez de rendre l’autre responsable, vous en profitez pour le juger. Eh oui, comment ne pas céder à la tentation de votre égo, ce réflexe est si facile ? Ainsi, vous portez des jugements qui peuvent vous sembler futiles sur le coup, mais qui, néanmoins, entrainent des conséquences.

En effet, le jugement vous positionne soit dans une posture de supériorité soit dans une posture d’infériorité. Cela a pour effet de vous éloigner un plus de votre bonheur.

Quand on s’occupe de la vie des autres au lieu de se concentrer sur la sienne, voilà ce qui arrive. Nous nous délaissons et négligeons notre micro famille.

Plus vous jugez, moins vous vous aimez. En réalité, les autres ne sont pas mieux que vous. Ils ne sont pas non plus moins bien que vous. Ils sont simplement différents. Les juger devient alors caduc.

6. Rechercher et Investir trop de temps dans des activités superficielles

Ce qui nous amène à votre type de « nourriture ». La « nourriture » c’est tout ce que vous utilisez comme passe-temps et comme mode de pensée qui contribue à votre évolution ou au contraire à votre involution.

Quel genre de nourriture vous intéresse ? De quel genre de nourriture vous sustentez-vous ? Vous êtes-vous questionnez sur leur intérêt. La télévision représente une source superficielle sauf si vous filtrez son contenu consciemment et à outrance. Les réunions entre copine pour se jauger et se juger, en est une autre. Je vous laisse compléter la liste.

Voyez-vous tout le monde veut avoir accès au bonheur. Mais faudrait-il, sans doute, commencer par le commencement, et définir la nature du bonheur. Le bonheur vient de l’intérieur telle que la joie.

Nous ne parlons pas d’être heureuse, comme par exemple : je suis heureuse de vous voir. Là, il s’agit d’être contente et satisfaite. Le déclencheur est exogène et donc conditionnel, il est également fragile.

En revanche la grande différence avec le bonheur, c’est que lui est endogène. C’est un état qui dure, qui est solide. Le bonheur se réfère à notre authenticité intrinsèque. Il s’apprend puisque notre société nous en a éloigné. Il requiert de la patience et de l’attention. Enfin, il se cultive.

C’est votre attitude bien plus que votre aptitude qui détermine votre altitude.

Zig Ziglar

Tout le monde le veut, et la plupart vont le chercher là où personne ne pourra jamais le trouver. Aller chercher le bonheur, vous demande donc de modifier vos comportements et c’est à ce prix que vous accèderez à cet état interne délicieux.

Je vous remercie d’avoir lu cet article jusqu’au bout !

Et vous invite à le liker et à le partager afin de le diffuser vers d’autres lectrices.

À bientôt💛

Si vous avez aimé , vous êtes libre de partager :)

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire