1-cle-pour-aider-votre-ado-addict-aux-ecrans
Mode de vie

1 clé pour aider votre ado addict aux écrans

Entre confinement et couvre-feu les habitudes des familles ont brutalement été bouleversées. Du jour au lendemain il a fallu dire aurevoir aux activités périscolaires (danse, tennis, musique, chant…), les balades au parc, les rendez-vous avec les copains dans le quartier. Sans parler des fêtes d’anniversaires au trampoline ou au paintball. Dans ces conditions, quelle clé trouver pour aider votre ado addict aux écrans ?

C’est tout notre quotidien que nous avons dû réorganiser avec les enfants à la maison. Même si l’école a repris, ils se retrouvent coincés à tourner en rond. Du coup, beaucoup se sont rapidement tournés vers leur écran.

Ado addict aux écrans

Mais la situation a duré et nos enfants se sont laissés progressivement happés par la distraction facile du net. Tellement récréatif, qu’aujourd’hui ils en sont devenus addicts. Sauf qu’on ne parle pas de chocolat. Des heures à visionner des distractions pas souvent si intéressantes que ça, souvent abrutissantes.

Notre égo adore prendre le contrôle sur nos vies. Comment fait-il cela ? En nous éloignant de tout ce qui peut nous demander de fournir le moindre effort. Lire est un bon exemple. Cela prend du temps, nous oblige à nous concentrer pour comprendre et suivre l’histoire. Bien trop compliqué pour notre mental. Pratiquer de son instrument de musique, qui jusque là ne nous posait pas de problème, devient subitement une contrainte.

Danger : ado improductif

Mais d’où vient cette faiblesse, ce manque de force que nous ressentons et qui nous empêche de reprendre les choses en main ? Notre égo veut nous soustraire à tout ce qui demande la moindre réflexion. De cette manière, il pense nous éviter bien des tracas. Cependant, en faisant cela, il crée en nous un état improductif qui nous éloigne dangereusement de notre nature profonde.

Pourtant, quand nous sommes enfant ou adolescent, nous regorgeons de vitalité, de créativité et de joie de vivre. Nous avons envie et besoin de bouger, de créer. En tant que parent, cette période demande de faire preuve de beaucoup de patience, car il faut répéter les consignes, parfois bien plus que ce l’on faisait avant cet enfermement. Cela peut vite devenir usant pour les parents, et se rajouter à la charge mentale déjà présente.

Penser au moment présent

Dans ces conditions, il est plus que nécessaire d’apporter notre soutien à nos enfants afin de les aider à sortir de leur dépendance aux écrans et par là même, nous octroyer un répit psychologique. Car, s’ils restent plus longtemps dépendants, il est fort à parier que leur cerveau leur jouera des tours. Mais pas que, leurs futures façons de penser leur induira probablement des comportements d’oisiveté, de laxisme, d’attentisme. Qui sait ?

Il est temps de les reconnecter au moment présent, qui est le seul instant ou nous sommes tous véritablement vivant. Une clé essentielle pour reprendre la barre du foyer familiale et retrouver le chemin de la sérénité tant désirée.

Comment fait-on pour réaliser, ce qui ressemble à une prouesse éducationnelle en ces temps que certains ressentent comme frileux et incertains.

1 clé pour aider votre ado addict aux écrans

Vous allez court circuiter l’égo de votre enfant, voilà la clé ! Quand nous le pouvons, nous allons à la source de la problématique, surtout quand celle-ci est identifiée. C’est le cas ici, puisqu’il s’agit de l’égo de votre ado. Comprenez que votre enfant est prisonnier de son système interne, sans même en avoir conscience. Alors, inutile de le harceler, cela ne servira qu’à vous irriter mutuellement.

La première étape c’est la communication. Expliquez-lui que vous allez ensemble créer un nouveau centre d’intérêt dans sa vie et que cela va impacter positivement ses pensées et ses comportements. Mettez l’accent sur l’utilité de cet exercice et insistez sur l’aspect ludique.

La deuxième étape c’est de trouver des jeux auxquels vous ne jouez plus ou auxquels vous n’avez jamais joué. Cela peut être les échecs, les dames, les cartes, les jeux de société en tout genre : Monopoly, les fléchettes, les dominos ; les activités extérieures aussi comme le vélo, l’escalade (si vous trouver un lieu ouvert) …Dressez une liste que vous afficherez afin que chacun puisse venir y inscrire ses propres idées.

La troisième étape est de placer ces jeux sur un meuble ou une table de salon bien en vue. De cette façon vous ne pourrez pas les oublier.

La quatrième étape est de réserver QUOTIDIENNEMENT un moment pour jouer à l’un de ces jeux après les devoirs. Une pratique de 20 mn suffit pour escamoter le plan égotique. A la place installer une source d’enrichissement saine qui va agir sur l’activation de certaine zone du cerveau qui ont tendance à s’affaiblir tel que la spontanéité, le goût du partage, la simplicité, le rire, la joie de vivre…

Le challenge est de pérenniser cet exercice constructif dans le temps afin de contrebalancer les effets nocifs du monopole des écrans. Parce que, non, vous ne pourrez pas les supprimer totalement de la vie de vos filles/fils. D’ailleurs, ce n’est pas ce que nous recherchons. Pour cela introduisez la notion de jeu, de récréation. Ce n’est pas une punition, c’est une ouverture pour l’esprit sur une zone d’épanouissement.

La quête est de briser l’exclusivité de l’égo pour permettre de conserver un équilibre psychologique.

Si vous avez aimé cet article vous pouvez laisser un commentaire, merci😉

Si vous avez aimé , vous êtes libre de partager :)

Vous pourriez également aimer...

2 commentaires

  1. Merci pour cet article que je vais partager de suite à ma soeur qui en a assez que son ado passe ses journées sur écrans.

    1. Karine Ramos a dit :

      Tous les moyens sont bons à prendre sur ce sujet. Faisons preuve de créativité :)👍🙏

Laisser un commentaire